Nous découvrons Rémy Jubin (promo 2008, Nantes), nouvel ambassadeur 2AI au Vietnam et en Thaïlande qui nous fait part de ses motivations à représenter notre association à l’étranger.

 

– Quel a été votre parcours depuis votre sortie de l’ISEG ?

J’ai obtenu un Volontariat international en entreprise (VIE) pour le Vietnam alors même que je n’avais pas terminé ma formation à l’ISEG. J’ai intégré un groupe français spécialisé dans la lingerie qui m’a formé à ses métiers en France, Tunisie et Chine, avant de me prendre d’affection pour le Vietnam où je suis resté presque 8 ans. J’ai ensuite été embauché par une société concurrente et je suis parti m’installer en Thaïlande.

– Pouvez-vous nous parler de votre fonction et de votre entreprise actuelle ?

J’ai créé ma société il y a deux ans juste avant la crise du Covid. Heureusement, nous avons très vite senti que nous allions avoir de grosses difficultés lors de l’arrivée du Covid qui a frappé l’Asie avant l’Europe. Nous avons changé notre business model qui nous a permis d’avoir de nombreuses opportunités.

– Racontez-nous votre quotidien d’expatrié suite à la crise du COVID ?

Dur. Nous sommes éloignés de nos familles et vivons dans des pays qui n’offrent pas de protection sociale et où le système hospitalier est fragile. Il faut faire le dos rond mais le temps est long.

– Vous devenez ambassadeur du réseau 2AI au Vietnam et en Thaïlande, quelles sont les raisons de cet engagement ?

La volonté de créer des dynamiques pour nos stagiaires, nos VIE ou nos diplômés sur place. La crise du Covid le montre il faut se serrer les coudes, particulièrement à l’étranger.

– Un conseil pour nos jeunes et futurs diplômés qui souhaiteraient s’expatrier ?

Trouver un VIE est la voie royale, mais la démarche se prépare à l’avance car la concurrence est énorme.