Agathe Decloux, diplômée de la promo 2003, nous a accordé une interview sur son rôle de Responsable Marketing Opérationnel au sein de l’entreprise Cogedim

Quelle est votre fonction ?

Je suis Responsable Marketing Opérationnel Nord-Est, avec un champ d’action englobant le territoire du Grand Est et tout récemment des Haut de France, pour le promoteur n°2 de l’immobilier neuf, Cogedim. Je suis actuellement en charge de toutes les actions de recrutement de leads afin d’alimenter l’équipe commerciale en potentiels futurs clients. Concrètement, en lien avec nos prestataires partenaires et agences de communication, pour lesquels il s’agit d’établir un brief clair afin qu’il en découle une stratégie média et un plan d’action que je suis en charge de piloter. Autant dans le respect des process, de la charte graphique du groupe, des budgets et des deadlines à respecter pour que tous les éléments soient livrés, validés et efficients en temps et en heure. Le rôle d’un responsable marketing est avant tout celui d’un chef d’orchestre.

Quelle est votre actualité professionnelle ?

Depuis un mois mon champ d’action s’est élargi avec un rattachement à la région Haut de France, que j’accompagne actuellement sur un lancement de produit à Lille. En parallèle du Grand Est, pour lequel j’ai installé et réécrit l’histoire du nouveau-quartier-fischer.com, l’enjeu est de se familiariser avec un nouveau secteur, ses habitants et ses usages tout en étant limitée dans mes déplacements.

 

En quoi votre fonction vous apporte-t-elle de la satisfaction au quotidien ?

Pour la promotion immobilière, mon rôle est d’accompagner nos prospects dans la projection de leur futur projet. En effet, une des particularités du métier, c’est que le produit n’existe pas encore à proprement parlé lors de sa mise en commercialisation, on appelle cela la Vente en l’Etat Futur d’Achèvement (la VEFA). 

Il m’incombe donc d’en offrir une lecture aisée à nos futurs acquéreurs afin qu’ils puissent se projeter dans un nouveau projet de vie, que ce soit pour y vivre ou y investir. En ça le travail d’outils aussi variés que les maquettes 3D, des films, des perspectives, des brochures, des campagnes médias, digitales et physiques, sont autant de dossiers et de partenaires à piloter et dont du résultat du travail dépend de mes directives. Je dirais donc que ce qui me plait le plus, c’est la variété des actions déployables pour la promotion de nos produits et d’en être à la fois la garante et la pilote.

 

Quelles ont été vos plus grandes difficultés professionnelles et comment les avez-vous surmontées ?

Je n’ai pas d’exemple précis qui me vient en tête si ce n’est la rareté de ce type de postes et par conséquent la difficulté à pouvoir être aussi pluridisciplinaire. Globalement, comme dans tous les métiers du marketing ou de la communication, c’est au moment du déploiement final de la solution que se situe l’enjeu et que se joue la réussite de l’opération. Je m’explique, si votre campagne digitale est merveilleusement, mais que les leads générés n’arrivent pas jusqu’à l’équipe commerciale, aussi géniale soit elle, elle ne sert à rien. Si votre brochure n’a pas pu être imprimée pour le jour de l’ouverture des ventes vous pourrez au pire la remettre sur clé usb, là aussi à condition d’avoir prévu au préalable ce plan de secours.

Un peu de détachement, parfois, est le meilleur moyen de gérer une difficulté ainsi que savoir rebondir, se réinventer et parfois improviser, pour offrir la meilleure des expériences client.

 

Comment arrivez-vous à gérer cette période de confinement sur le plan professionnel ? 

J’ai la chance d’être dans un groupe très digitalisé et ou nous avons pu, non seulement être opérationnel en télétravail, mais également offrir un parcours client totalement digitalisé. Nous avons ouvert des esp@ces de vente en lieu et place de nos lieux de vente habituels ou nos conseillers peuvent être consultés sur rendez-vous en visio, par téléphone ou mail, nos contrats ont été dématérialisés et soumis à la signature électronique. Enfin, nous avons également organisé des webinars à la fois sur des sujets tel que le financement , la fiscalité, mais également pour nos lancements commerciaux afin de conserver un maximum d’échanges avec nos prospects. Nous avons ré-adapté notre travail pour offrir une expérience le plus fluide possible pour nos acquéreurs, clients et prospects.

 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants pour trouver leur voie professionnelle ?

Soyez curieux, n’hésitez pas à essayer différents domaines d’activités, différents métiers et d’avoir une approche emprunte d’humilité. Il n’y a pas de règle pour réussir et la réussite (heureusement) n’a pas la même définition pour tout le monde. Faites avant tout ce qui vous rend heureux, c’est ce qui vous aidera à vous lever le matin ou rentrer un peu plus tard le soir sans effet négatif sur votre humeur. Et enfin ne croyez pas que vous aurez toutes les réponses demain matin en vous réveillant, c’est un cheminement qui demande plus ou moins de temps selon les personnes, gardez l’esprit ouvert et prenez la balle au bond. Ailleurs, n’est pas forcément mieux, juste différent et c’est parfois nécessaire.