L’ISEG est particulièrement à l’écoute des entreprises et fait évoluer ses formations en fonction des besoins de son écosystème. Aussi organise-t-elle chaque année un Comité de perfectionnement composé d’experts. Le dernier en date s’est déroulé  jeudi 1er juillet, sur le campus de Bordeaux.

L’ISEG Bordeaux a à cœur de faire évoluer en permanence ses formations pour répondre au mieux aux besoins des entreprises. Pour cela le comité de perfectionnement se réunit une fois par an. Il est composé d’experts issus des univers du marketing, de la communication et du digital ainsi que de représentants d’organisations professionnelles de la région. Ses membres apportent leurs conseils, font bénéficier l’école de leur expérience et partagent leurs analyses sur l’évolution des secteurs d’activité et des métiers.

Cette année, le Comité de Perfectionnement de l’ISEG Bordeaux s’est réuni le jeudi 1er juillet 2021 sur le campus au 85 rue du Jardin Public. Les professionnels ont apporté leurs conseils et leur expertise à la suite de la présentation des nouveautés ISEG. Puis, cette rencontre s’est poursuivie par un déjeuner convivial.

L’ISEG a bénéficié du retour et de l’expérience de professionnels reconnus de la région :

  • Guillaume Commagnac, Directeur de TractR et Ancien étudiant de l’ISEG (promo 2014)
  • Yann Kerleau, Dirigeant et fondateur de l’agence Compact (Agence média et digitale) et président des DCF
  • Virginie Lange, Chief Data Scientist chez Floa / Banque Casino, et Présidente de 2AM
  • Joris Liberati, Gérant de LEOXA et Co-Président de AQUINUM
  • Vincent Rousset, Rédacteur en chef, Vie économique du Sud-Ouest et Echos Judiciaires Girondins
  • Emmanuelle Ripert, Conseiller Spécial Attractivité Economie Emploi Entreprises Cabinet du Président de Bordeaux Métropole

L’équipe de l’ISEG, qui a animé l’événement, était composée de Carmen Brûle-Sabadus (Directrice de l’ISEG Bordeaux et Directrice nationale pédagogie et développement), Stéphanie Duclos (Responsable pédagogique ISEG Bordeaux), Axelle Loustalan (Responsable relations entreprises ISEG Bordeaux), Béatrice Marraud des Grottes (Responsable communication et marketing ISEG Bordeaux) et Béatrice Vendeaud (Directrice nationale des partenariats entreprises et réseaux des Anciens ISEG).

A l’ordre du jour de ce comité

Les nouveautés pédagogiques ISEG ont été présentées à nos partenaires, comme le contrat d’apprentissage. Mis en place cette année, il représente déjà 30% des contrats en alternance.

Par la suite, les Challenges entreprises phares de l’année ont été mis en avant. Les étudiants ont répondu au brief de grandes marques telles que : Le Coq Sportif, 20 minutes, L’Oréal Mugler, Red Bull, Saint Michel et So Bio.

Un autre volet fût évoqué : l’insertion professionnelle de la promotion 2020 pour laquelle l’alternance se révèle être un vrai tremplin à l’emploi. De plus, une tendance se dessine avec un retour en force des postes en communication et business development.

Enfin, pour accompagner les diplômés et étudiants, le programme ISEG UP a été développé. Il s’axe autour de webinars réguliers et de deux workshops thématiques par mois. Ponctuellement, des coachings individuels ou de groupes sont organisés.

Perspectives de professionnels : l’avenir sera local, durable et digitalisé

Les différents invités ont insisté sur l’importance du tissu local. A notre échelle, les synergies entre écoles du groupe IONIS (à savoir ISEG, e-artsup et Epitech) sont une réelle force. De manière plus générale, les modes de consommation ont changé avec la crise sanitaire. La tendance est actuellement au local et au durable.

Comme l’a indiqué Yann Kerleau : que ce soit les start-ups ou les PME, ces structures vont être fortement génératrices d’emplois. Joris Liberati a souligné le dynamisme des start-up locales telles que Geev, Mano Mano ou Deezer.

Emmanuelle Ripert, du Cabinet de Président de Bordeaux Métropole, a témoigné d’une forte sensibilité à ce que les étudiants soient aussi bien formés aux enjeux économiques qu’aux défis sociétaux. De son point de vue, les étudiants devraient s’intéresser au local dans les domaines de l’e-santé.

Si l’avenir est au local et au durable, il passera par le digital. Point sur lequel Virginie Lange a rappelé l’importance du traitement des données et de la connaissance des nouvelles réglementations RGPD. En termes de métiers, Guillaume Commagnac prévoit une explosion des métiers du Community Management et Yann Kerleau, président des DCF, en a profité pour souligner que nous vivons un rebond des fonctions commerciales.